Cribler ou trier

Que ce soit le broyage sous-entendu par le classement d'un mélange de grains dans des catégories de grains avec différentes plages de granulométries ou simplement un broyage, le tri de composants individuels de différents types de matériaux ou de propriétés, les techniques employés sont souvent identiques, ou au moins similaires. Le calcul théorique par ex. des forces d'accélération etc. reste purement indicatif. Il reste le plus souvent des séries de tests longues qui doivent être comparées en utilisant les options pratiques et les adaptations, afin de trouver la solution optimale au problème correspondant.

Cribler, classer

Différents principes sont disponibles dans le domaine des techniques de criblage pour les différentes tâches. En fonction du cas d'application concret, cela tient par exemple compte des propriétés spécifiques au produit toujours variables en fonction de la force d’accélération potentielle et des mouvements de criblage par exemple. En outre, elles varient selon les exigences du secteur industriel. C’est par exemple le cas du classement par criblage des grains abrasifs selon la norme, pour lequel une accélération élevée avec un faible rendement est généralement requise, afin de pouvoir trier les produits avec une faible largeur de mailles, jusqu'à env. 45 (30) µ. Ou dans l’industrie des matériaux de construction, dans laquelle les catégories de grains sont définies, mais où les limites de séparation ont des tolérances plus importantes.

La tâche essentielle peut consister à soulager un système de broyage en aval, pour réduire le rendement par exemple ou pour corriger la courbe de granulométrie, pour la fabrication de compositions granulométriques spécifiées, tel que requis dans l’industrie des débris de construction, ou pour la fabrication des compositions granulométriques nécessaires pour différentes recettes ou comme produit destiné à la vente directe.

En outre, les techniques de criblage peuvent être classées entre le criblage grossier et le criblage fin. En fonction du produit, les limites de séparation pour le criblage fin à sec sont d’environ 100 µ, dans l’idéal de 45 (30) µ. La qualité du criblage dépend de l’ouverture du crible (largeur des mailles et épaisseur du fil), du rendement et de la répartition des grains du matériau d'alimentation. De même, l’humidité du produit et son mouvement sur le fond de tamis ont également un rôle essentiel. La règle suivante s'applique par principe : temps de séjour prolongé égal contact intense. De cette façon les parcours sont longs et la vitesse est faible. Le plus souvent les accélérations élevées atteintes de cette façon sont soutenues par des aides de criblage supplémentaires (corps percutants comme des balles en caoutchouc, des brosses ou des équipements de percussion supplémentaires). Les cribles de ce type sont utilisés comme cribles plats ou pour déchets humides en longueur ou en diagonale.

L’agencement est différent pour les criblages plus grossiers. Des fréquences d’oscillation plutôt surcritiques sont utilisées ici. Pour les granulations moyennes, des cribles à oscillation linéaire sont par exemple disponibles, qui permettent de réaliser des cribles sous forme de machines à tables multiples grâce au montage horizontal du tissu et au mode d’entraînement dépendant du centre de gravité. Cependant, la disposition des entraînements est limitée par la taille du crible. Ce type de machine offre ainsi la possibilité de fractionner dans des catégories de grains ou de procéder à une répartition sur plusieurs fonds de tamis côté entrée pour agrandir la surface du crible. Côté sortie, les grains trop grands ou trop petits sont alors collectés respectivement. Bien sûr, il est également possible d’utiliser des aides au nettoyage supplémentaires pour adapter la qualité de criblage.

Un autre principe de criblage, également utilisé dans les domaines surcritiques, est le criblage à oscillation circulaire. En fonction des propriétés spécifiques du produit, les règles générales des fréquences élevées et des petits rayons d’oscillation pour un criblage plus fin s'appliquent afin que la vitesse de transport reste faible. Pour les criblages plus grossiers, le principe des rayons d’oscillation élevés et des petites fréquences s’applique pour des vitesses de transport élevées. Pour les petits modèles, le plus souvent conçus comme des machines de criblage à une table, les oscillations circulaires sont générées par des moteurs à balourds superposés. La légère formation d’ellipse au niveau de l’entrée et de la sortie est ainsi prise en charge. Elle dépend de la longueur du crible et du centre de gravité associé. Pour les grands cribles à oscillation circulaire, à partir de 1 x 2 m, des unités de sortie à masse centralisée lourdes sont utilisées pour cette raison. Le principe d’oscillation circulaire est utilisé pour les criblages > 0,5 - 1,0 mm. Les tissus sont tendus en forme de S pour les largeurs de mailles moyennes au niveau de l’entrée et de la sortie. Les forces libres pour le nettoyage du crible peuvent être augmentées, avec l’aide d’un nettoyage pneumatique du crible pour les produits difficiles à cribler. Une autre alternative consiste à utiliser des chaînes superposées.

Trier

Dans le domaine du tri mécanique, de nombreux nouveaux systèmes ont été développés au cours des dernières années. La plus grande partie est vraisemblablement générée par le secteur en pleine croissance des techniques de recyclage. Des problématiques ont souvent été associées à la séparation des matériaux à allongement enclins au blocage comme des fils métalliques, des plastiques, des papiers ou des peluches de résidus de matériaux, disponibles comme matériaux fragiles. Les techniques de criblage normales ne fournissent dans ce cas aucun résultat ou des résultats insuffisants. Les tôles perforées ou les tamis s’obstruent. La conséquence est un effort de nettoyage plus important ou un encrassement du produit sous forme de granulé ou de bande de grains homogène.

Pour résoudre le même problème dans le domaine de la granulation du plastique, le séparateur d'allongement - séparateur en cascade a été développé il y a plusieurs années déjà et est utilisé actuellement dans le monde entier. Sa tâche consiste à séparer l’excédent comme les allongements, les particules fines, etc. dans des granulés de taille identique. Sur des bandes individuelles disposées en terrasse, les produits sont déplacés par bande par une technique de vibration pure. Les granulés de forme identique sont alors soumis à d’autres lois que les allongements et les particules fines par exemple. Ces derniers se concentrent et sont extraits ensemble vers l’avant. Comme pour les techniques de criblage, le degré de séparation est optimal lorsque les allongements et la poussière (particules fines) se distinguent clairement des produits sous forme de granulés en termes de taille. L’avantage évident pour la technique de criblage est la séparation sans obstruction et un produit propre.

Grâce aux domaines des techniques environnementales (recyclage), le séparateur en cascade découvre cependant de nouveaux domaines d'application supplémentaires en tant que système de séparation. Ainsi par exemple pour le traitement de pneus usagés, le tri de textiles et de pièces métalliques (carcasses), de granulés en caoutchouc, le tri d'allongements et d'autres composants issus de déchets brûlés ou pour le tri de fils de pièces en caoutchouc sur des câbles effilés, etc. Il est cependant essentiel que le principe connu de décharge des systèmes de broyage dans le domaine des techniques de criblage soit inversé par un précriblage. Le broyage avec des concasseurs / broyeurs à rouleaux permet de broyer les particules fragiles en une bande de grain aussi abrupte, c’est-à-dire aussi étroite que possible par broyage par compression ou par cisaillement. Les corps étrangers, le plus souvent élastiques, sont laminés ou non broyés. L’utilisation d'un séparateur en cascade permet alors de procéder à une séparation des granulés ou à une séparation des produits fragiles et des impuretés comme les allongements, les produits NF, les plastiques, etc. En considérant des cascades normales dans des bandes larges ou étroites, le produit doit avoir une taille d’environ 3 à 4 mm.

Il reste cependant le problème des particules fines < 1,0 (0,5 mm). Ces particules sont généralement triées avec les allongements. Cependant, grâce à un nouveau développement selon le principe du séparateur en cascade, un profil a été développé et peut être remplacé ou combiné avec la grille normale du séparateur en cascade en fonction de la quantité de particules fines. Ce nouveau système de séparation développé comme un profil à chevrons rompt le parcours de transport des particules fines et permet ainsi de séparer les allongements. La règle selon laquelle plus la bande à grains est abrupte et plus la délimitation des allongements est claire, plus le degré de séparation est optimal s'applique également ici. L’inclinaison au blocage est également éliminée, tout en profitant de l’avantage de disposer de granulés propres.

Compte tenu des tâches variées dans les techniques de criblage et de tri ou dans les zones qui se chevauchent par rapport à la faible conception et approche théorique, seules les connaissances pratiques solides comptent. Ainsi, pour chaque principe de criblage, les équipements correspondants sont disponibles dans le centre technique de MERZ AUFBEREITUNGSTECHNIK GMBH afin de proposer aux clients une conception pratique et de faire preuve d'une capacité d'adaptation sans problème.

 

Machine de criblage
Figure 1 Machine de criblage par vibration de type UKA-I-1,0-2,0 avec dispositif de pulvérisation, crible de lavage
Machine de criblage
Figure 2 Machine de criblage par vibration de type NSO-III-1,3-3,5 - Modèle fermé étanche à la poussière - Avec entraînement via l’accouplement - Pièces en contact avec le produit dans VA 1.4571
Machine de criblage
Figure 3 Machine de criblage par vibration de type NSO-II-1,5-4,0 - Modèle ouvert - Avec entraînement via l’accouplement (non visible) - Pièces en contact avec le produit dans un jet normal

Retour